Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

Fiction mystérieuse, Satire, Comédies, Personnage de fiction, Roman d'aventures, Nouvelle, Littérature, romans policiers, Prose, Récit, Fantastique, Comédie dramatique, Humour, Roman (littérature)
[Auteur de l’image non identifié]

 

3


À ma grande surprise, Claire se mit à chercher un peu partout ce qu’elle appelait « des indices » : elle tourna autour du cadavre, puis tourna sur elle-même, comme un toton, mais pas n’importe comment. Elle finit par dé­couvrir un marteau taché de sang dans une amphore sous la terrasse. Le mar­teau de Thor. Le dieu avait dû le jeter par-dessus la rampe après avoir détruit le visage de Marie, peut-être par haine de ce doux prénom.

Elle eut l’air très satisfaite et Max morose. J’ai soupçonné un loup entre eux. Je n’espé­rais tout de même pas être ce loup, bien que l’intérêt d’une chanteuse de variété pour la chose policière m’ait laissé perplexe.


 

4


Mais j’oublie la morte. Il ne fallait pas toucher au corps. Il fallait plutôt faire du café. On ne pouvait décem­ment se réunir là où était le cadavre, on chan­gea de terrasse. Ce fut en rangs serrés une sorte de décollage de Boeing 747. Le nouveau tar­mac, sensiblement moins spacieux, en carrelage vert et rose avec tables de jar­din, donnait à l’Est sur une forêt de pin, et en consé­quence sentait le pin.

Il doit y faire froid en hiver, dit Sara.

Cette information me parut capitale. Madame Lorgne, qui avait été la nurse de Fernand, quasi sa mère, et désormais sa gou­vernante, apporta thé vert, ex­presso et brioches au beurre riche en oméga 3, tiédies dans le mi­croonde Fouralex – une des grandes réussites publicitaires de César Brenand. Elle ne fit au­cune allusion au corps sur la terrasse du Mont blanc. À croire qu’elle ne l’avait pas remarqué.

Il subsistait de l’antique ferme dans les alpages la bâ­tisse cen­trale devant le verger. Austère et robuste. Une absence d’effets confère de la di­gnité. Des généra­tions de soins, de soucis, des sommes de patiences, des abomina­tions dans les placards. La gouvernante en avait vu d’autres et de pires qu’une météorolo­giste au visage brisé comme une biscotte : améliora­tions appor­tées à la propriété  par Kevin, spécialisé dans l’art déco, mo­bilier scan­di­nave, clim ré­ver­sible, salle de gym, haricot d’une piscine bleutée, vapeurs du sauna suédois, remous du jacuzzi, salle de squash sonore, court de ten­nis gril­lagé… La ferme était passée de la noblesse des temps anciens au faux rustique fran­çais cher à l’Amé­rique aisée. Madame Lorgne avait tout vu.


 

5

 

Dans mon enfance j’avais pris en horreur la Nature et méconnu comment nous vi­vions au mi­lieu de l’omniscience de ses secrets de vieille sorcière à sa marmite techtonique.

De­puis mon arrivée dans la prison des Baumettes je pense qu’en vérité elle est partout au cœur des villes. Il me suffit d’évoquer l’énergie des stocks de fos­sile, la source organique du pé­trole, du char­bon, les dé­com­positions inter­minables qui prési­dent à la for­ma­tion des calcaires – de cette craie qui sert heureu­se­ment d’ingré­dient pour les belles peintures des cathédrales, les badigeons des villas du bord de mer ou la poudre à polir le marbre de nos statues – et qui forme la substance de la chaux cou­vrant les murs de ma cellule, la chapelle de ma tombe au Père-Lachaise et les blancs châteaux des bords des fleuves.


 

[à suivre]


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article