Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

#fiction mystérieuse #Satire #Comédie #Personnage de fiction #roman d’aventures, #nouvelles, #Théâtre  #Littérature #Romans #romans policiers #Prose, #récit, #fantastique, #comédie dramatique, #humour #contes  #sotie
[Tim Walker]

 

8

 

Je fermai le volet de mon ordinateur un peu trop fort : il a un claquement de mâchoires.

Moi – Les réseaux sociaux, qua­trième blessure narcissique de l’humanité ! La ténuité des commentaires dans les forums et les blogs lit­té­raires ! Leur insigni­fiance infan­tile ! Jugez un peu !

Après avoir pincé entre deux doigts l’arête du nez, signe de remémoration, avoir une grande inspiration et se lancer.

Moi – Proust ? Je cite : illisible ! Et où est l'action ? Le Rouge et le Noir ? Insupportable de mollesse ! Deux pages pour décrire une tapisserie ! quelle idée idiote ! Cohen ? Trop d'adjectifs ! Le Voyage ? Un truc qui ne tient que par son style, au demeurant bâclé ! Et d'ailleurs ricanant ! Musil ? Lent ! Interminable ! Cérébral ! Gagnerait à être coupé !

Elle – C’est d’un goût ! Tu es ravi comme si tu avais réussi la plaisanterie la plus drôle du monde, je souffre pour toi. Tu dois aimer les lecteurs, tous, même les plus déplorables. Écrire est un acte d’amour, tu l’as remarqué toi-même.

J’en aurais, à dire ! J’en aurais ! Madame Philomène enfonce la capeline sur sa tête – ce qui réduit son air soudain dédaigneux à une expression de bouderie enfantine, sans doute concertée pour me troubler.

Elle – Tant pis, je t’accorde cette vulgarité, quoique le moindre renoncement soit une défaite avec des gamins de ton es­pèce, persuadés de leur excel­lence, noyés jusqu’aux che­veux dans l’am­broisie de leur vanité.

Installés sur la terrasse dans nos fauteuils d’aristo, Milady et Milord, on boit une bonne bière blanche pour se remettre de notre mésentente.

Elle Déjà, à l’école, tu n’écoutais rien.

 

9

 

J’allais apprendre à craindre plus que tout les dissonances entre nous : l’harmonie se cassant, nous jouions d’un violon sans cordes et l’effet en était pire que tous les grincements de dents de cet instru­ment bien fait pour de grands dépri­més.

Par bonheur, ayant coché un livre au hasard dans la bibliothèque (mais y-a-t-il du hasard dans notre bibliothèque ?), nous sommes tombés tout à fait d’accord, ma loufoque et moi, dans notre réticence au sujet d’un insectoïde.

Elle – Stylisé mais sec et sans chaleur.

Moi – Une mentalité de collec­tion­neur de papillons : il épingle mais ne donne pas vie.

Elle – C’est le fait d’un esprit tatillon, mélancolique et sans charité.

Moi – Il n’est pas sym­pathique parce qu’il n’est pas en sym­pathie.

Elle – Ce marionnettiste a quelque chose d’un vieux garçon à phobies, propre sur lui mais sans cœur.

Moi – Un donneur de leçons. Mais on doit convenir qu’il a du carac­tère.

Elle – Un très mauvais caractère. J’aurai toujours plus d’af­fection pour un grand auteur de romans populaires.

Moi – C’est vrai. Celui-là est un être naïf, en homme d’ima­gination il a tout com­pris, n’en sait rien et, du coup, garde une fraîcheur d’esprit en­fan­tine qui lui permet de croire à ce qu’il écrit.

Elle – Ainsi aime-t-il ses person­nages, ou les déteste, mais il les respecte.

Moi – Ils sont sa famille et même bien plus proches que ses proches.

Elle – D’ailleurs, il pleure à leur enterre­ment.

 

 

[à suivre]

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article