Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

#fiction mystérieuse #Satire #Comédie #Personnage de fiction #roman d’aventures, #nouvelles, #Théâtre  #Littérature #Romans #romans policiers #Prose, #récit, #fantastique, #comédie dramatique, #humour #contes  #sotie
[Tim Walker]

 

 

13

 

Tournant les pages du cahier comme tournent à toute allure les roues du petit vélo de mon institutrice, je parcours ma bibliothèque de plus en plus vite, avocat en plaidoirie agi­tant une des grands manches de ma robe de chambre à chaque lec­ture d’une note pertinente et surveil­lant du coin de l’œil ma folie de crainte qu’elle ne s’échappe. Philomène pé­dale bon train. Et l’adolescent – du haut de son nuage – de lan­cer la pluie et l’éclair sur un auteur tout aussi ex­pert dans les voyages verti­gineux !

Moi – Qu’on imagine le petit gigolo – on pour­rait l’avoir pour une bou­teille de champ’ – au bonheur des bour­geois des fos­sés de Charleroi – il fait des vers comme il couche– envoie à 14 ans au petit prince une pièce en latin – carrié­riste, le monde des femmes lui est surtout une figure de rhéto­rique – un passage obligé – ainsi com­po­sera-t-il à façon – pour son maître d’école – pour des parnassiens – pour Verlaine : un priape sentimental – escalier so­cial – il se prend au sérieux – ne se prend plus  – dérision – conver­sion in extre­mis – escalier du Ciel. Échec et dégringolade. Arriviste lamen­table – mar­chand d’armes et de Nègres – vie amputée. Gan­grène. Les professeurs ont l’élève idéal : surdoué et mort enfant. Merci de votre attention, mes­dames, messieurs, braves gens, amis des îles, infortunés !

Un applaudissement vif salue ma prestation du haut du pla­fond. Philomène a passé l’arrivée, ralenti, sauté de la selle et, à présent pendue au lustre d’une main, dotée d’une habi­leté confon­dante, renoue avec deux doigts le foulard mauve qui s’est relâché à sa cheville.

Je ris beaucoup, j’aime m’apprécier et ne m’apprécie jamais mieux que si je suis très méchant.

 

14

 

J'avais répété de nombreuses fois ce petit numéro de lecture publique en Centre culturel pour mon miroir ou pour d'autres : ma femme de ménage résignée ou le plombier stupéfait. Je calmai ma légitime exaltation et me rassis.

Elle – Je crains tout de même que tu ne t’attires l’antipathie de tes semblables.

Moi – Je n’ai pas de semblables.

Je levai la main pour l’interrompre, après tout je peux la de­viner.

Moi – Je n’ai non plus aucune arrogance. Je suis seulement mais prodigieusement différent.

Elle – J’hésite.

Je lui souris gentiment, je n’ai jamais souri aussi gentiment.

 

15

 

Moi – Le peu qui nous aurions en commun, eux et moi, me chagrinerait. Je n’aime que les monstres. Ce sont des êtres purs. Ils n’ont pas d’ambiguïté. Ils sont éperdument mauvais. Ils sont fantasti­quement bons. Les gens normaux ne sont que médiocres et vivent médiocrement.

Ma fantaisie s’est posée en amazone sur mon épaule, nichée comme un moineau rieur.

Elle – Ce n’est pas soutenable. L’art est dans les nuances.

Moi – L’art est dans les nuances de l’écorce du crocodile au fond d'un marigot glauque, dans les nuances de la fibre des ailes membraneuses de l’ichtyosaure, grand-père du dindon, dans les nuances d’un poil blond de la crinière du lion des steppes. La méchanceté a de l’es­prit. Elle n’est pas malveillante en ce qu’elle ne s’attarde pas. Elle a même une sorte de bonté. La drô­lerie dans la méchan­ceté c’est l’esprit qui joue avec lui-même comme un chaton avec sa queue.

 

[à suivre]

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article