Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Top articles

  • L’Art de la fugue amnésique I (5)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    10 mars – Qui est Suzie ? – Je ne connais pas de Suzie. – Tu m’as appelé Suzie ô ma Suzie quand tu as joui. – Moi ? – Qui d’autre, Georges ? Je ne remercierai jamais assez l’industrie du tabac. J’allume une cigarette aussi blonde que Suzie. Inhale. Exhale....

  • L’Art de la fugue amnésique I (1)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    17 février Georges… Il est bon de se prémunir contre ce qui n’est pas nommé. Nommer – honnête devoir d’homme, comme de nettoyer ses lunettes embuées au matin : y voir clair. Cette mixture informe qui a tout d’une assiette de vomi, elle ne cesse de me...

  • L’Art de la fugue amnésique I (3)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    23 février Quant à Louis… Louis n’est rien pour moi. Cette phrase est stupide. Per sonne n’est rien pour personne. La phrase est cette fois ma jestueusement incompréhensible. Jamais tout à fait rien. Per sonne. Rien. Une phrase toute en négation pour...

  • L’Art de la fugue amnésique I (2)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    22 février Qui est Georges ? Nommer n’est pas toujours une activité salubre et rassu rante. C’est ce qui fait que la vie en société est certes possible mais qu’elle est un souci, sans que ce soit le seul. Le plus cruel qui vienne à l’esprit est – mettons...

  • L’Art de la fugue amnésique I (7)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    20 mars Je pense à Suzie et à vous, son époux actuel, à vos soirées, à vos nuits, les sifflements nasaux, les soupirs, de doux petits pets imper ceptibles, à vos réveils : vous ne vous dites plus : c’est mer veil leux ! C’est Suzie ! Vous ne savez plus,...

  • L’Art de la fugue amnésique I (6)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    15 mars J’en aurais des choses à dire au sujet de ce bavard. Roger, pour ne pas le nommer, l’ex de Suzie avant qu’elle ne vous épouse. Roger n’est plus ce qu’il était depuis la rupture de Suzie, s’il a jamais été grand-chose. Il ne part jamais nulle part,...

  • L’Art de la fugue amnésique I (4)

    11 mai 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    2 mars Voici ce que j’aurais aimé écrire si j’avais eu la force de poursuivre mon effort – l’énergie et le métier : Au quartier général de la CIA, à Langley, l’agent spécial Georges Salengro, un homme ro buste d’assez grande taille, aux fortes mains moites,...

  • Monsieur Hortense – 11

    07 août 2017 ( #Chronique de Nîmes : les romans gris )

    Michel Rouquette Le Munke vit seul avec un perroquet qui s’appelle Robin son et qui est confié à la SPA locale, il n’a pas de famille en France et, chaque lundi, rôde dans les buis sons du jardin de la Fontaine, vers la tombée de la nuit, à la re cherche...

  • 1001 VIES (507) : SOLANGE CREPON – 34

    06 septembre 2020 ( #Solange Crépon )

    [Auteur de l’image introuvable] 4 Être ou n'être pas L’amie m’assurera d’abord que je suis – à ma grande sur prise. Ce qui va lui permettre à son tour d’être. On passe aus sitôt de l’être à l’avoir. Car l’amour est posses sion mu tuelle. Droit à la propriété....

  • La Vie au cimetière (13)

    30 août 2015 ( #La Vie au cimetière )

    Toussaint Un bruit de pas nombreux se fit entendre. Il s’approcha de la tombe d’Édouard et se tut. – La question, dit une voix au-delà des rideaux fleuris, la question est : qu’est-ce que tu fous là ? Couché sur le côté gauche, Édouard frissonna. Toussaint...

  • La Vie au cimetière (12)

    28 août 2015 ( #La Vie au cimetière )

    Le Tour du propriétaire Édouard remonta par un petit escalier secret dans les su perstructures du cimetière, pour ga gner le pont vitré qui surplombait l’allée favorite des joggeurs. Il passa sans se montrer par les passerelles, escaladant à toute allure...

  • La Vie au cimetière 11

    25 août 2015 ( #La Vie au cimetière )

    Edouard Édouard a installé l’électricité par une dérivation astu cieuse sur le courant municipal d’un réverbère. La suspen sion basse éclaire un pot d’œillets sur une table de jardin, délicatement or ganisés, mais flétris. L’air dans le tombeau s’est...

  • La Vie au cimetière 10

    18 août 2015 ( #La Vie au cimetière )

    LOLA VERDIER – Merci d’être venu ! – Merci de m’avoir invité ! – Cesse de faire l’idiot. Berk sur le perron de la chapelle mortuaire des VERDIER continue im pertur ba ble ment de se frap per la poitrine avec les poings. – C’est la joie. LOLA VERDIER est...

  • La Vie au cimetière 9

    16 août 2015 ( #La Vie au cimetière )

    Edouard Edouard repoussa avec appréhension les doubles paupiè res du sommeil pour assister au lever du jour – une pâleur morne sur la façade adverse des buildings. Des fenêtres éti rèrent leurs bras verts. Quel ques étoiles scintil laient encore dans...

  • La Geste du potager (12)

    29 août 2015 ( #La Geste du potager )

    Il offrit pour l’anniversaire de Bertille avec une sorte d'évi­dence, de souplesse heureuse, un beau sécateur à man­che tournant pour tailler longtemps et sans am­poules – qu'elle consi­déra sans trop d'amabilité. Ils buvaient de ce petit vin blanc de...

  • La Geste du potager (11)

    27 août 2015 ( #La Geste du potager )

    Les derniers chrysanthèmes fleurissaient. Les ombres s’allongeaient. Les feuilles se pigmen taient. La terre était hu mide et froide. Il avait eu beau alimenter en po tasse ses to mates réticentes, ce n‘étaient que quelques appa ritions rou geâtres comme...

  • La Geste du potager (10)

    21 août 2015 ( #La Geste du potager )

    Certains jours, les déménageurs de l’Etude em bar quaient dans leur camion bleu des couver tures épaisses, une bâche, des Sandows, une arai gnée ; enfin, le petit maître en état de tran slation au bout de leurs gants de cuir jusqu’à la plate-forme où...

  • La Geste du potager (9)

    17 août 2015 ( #La Geste du potager )

    La terre fut ce que le laboratoire promettait : ni trop d'ar gile (l'eau reste en surface) ni trop de sable (la terre est vite sèche). Il prépara le sol avec de la tourbe, de l'en grais, un peu de chaux. Il épandit du compost. Trop d'engrais : peu de...

  • La Geste du potager (8)

    13 août 2015 ( #La Geste du potager )

    Cependant, le petit maître ne se reproduisait tou jours pas. Bientôt, elle consulta un thermomètre rectal à tout bout de champ, et cette singulière occupa tion était une fa meuse sur prise. Elle ne pensa plus que par cycles ; éta blit des courbes à l'aide...

  • SLAVA

    11 juin 2016 ( #Le Monde flottant )

    Ô balances sentimentales. J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille. Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher...

  • Des nouvelles de la mélancolie : Faire le ménage

    19 août 2015 ( #Les Lundis de l’Impeccable )

    FAIRE LE MENAGE 1 – Comment peut-on ne pas être amoureuse de moi ? Il y ré fléchit avec ses amis, qui n’ont pas de réponse significative. Il n’est pas de ces hommes qui fabulent sur leurs aven tures amoureuses. Il ne raconte que ses chutes. À moins qu’avec...

  • Chronique du rat (24) L'Écrivain, le retour

    27 mars 2015 ( #Chronique du rat )

    En a-t-il envoyé des manuscrits ! Un vrai serial-postier. C’était son dada. Il vient d'en tomber. C’est une crise historique. L’échec éditorial, cette chute, l’atteint de plein fouet, le détruit, l’abîme. Il est l’abîme. Dès lors, Norbert Gourdon est...

  • Chronique du rat (35) Une pensée de Norbert Gourdon [blog de la Société des lecteurs de Norbert Gourdon]

    23 avril 2015 ( #Chronique du rat )

    On voit fort peu notre savoureux écrivain à cette époque conquérante, même pendant nos humbles réjouissances du 14 juillet au camping de la pinède, si­non à la lumière de la gemme verte d’une petite veilleuse dans sa roulotte, du côté des calanques, à...

  • Chronique du rat (36) Le Ratologue tel qu’en lui-même

    25 avril 2015 ( #Chronique du rat )

    Le ratologue – ou critique littéraire – est le préféré de l’Éditeur. C’est une présence chère, un compagnon de route, un pote. Le méchant grand Éditeur est alors peu farouche et même accommodant. Si l’auteur est invité dans un hôtel ****, le ratologue...

  • Chronique du rat (37) Une pensée de Norbert Gourdon [blog de la Société des lecteurs de Norbert Gourdon]

    26 avril 2015 ( #Chronique du rat )

    Les plus circons­pects d’entre les hommes de bon goût viennent con­sulter de bon ma­tin l’Écrivain au sujet de ce que c’est, l’amour. – L’amour ?… dit-il, hébété, apparu à la fenêtre de son mo­bil-home, des plumes d’édredon dans ses cheveux em­brous­sail­lés....

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>