Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

roman comédie humour
[Paul Day]

 

6


 

Aux dames de France


 

Le ciel était blanc. La Maison carrée bleue. Les rues roses. Mes souliers nettoyés par une averse matinale. La ville aurait pu être paisible.

Nous regardions une jeune femme interroger son téléphone portable.

Et nous, Georges, qu’est-ze qu’on attend de la vie, hein ? Qu’est-ze qu’on attend, nous ?

L’appareil se taisait, indécis.

Elle s’éloigna en zézayant comme une abeille.

Balibar se tourna vers nous.

Autrefois, elles étaient une énigme.

Elles donnaient à rêver.

À ces mots je ne pouvais me contenir.

À rêver !

Pellerin ne ménageait pas ma sensibilité, j’en étais tout déconfit, et quand il m’eut traité de cabotin de l’amour, je crus en mourir, mais Morin vint à ma rescousse, en sortant de son cabas un livre de Jean Rostand, qu’il ouvrit à une page cornée. Qu’il s’agisse de la Vie des crapaud m’étonne encore.

Il lut avec la voix monotone du guide pendant la visite des ruines au château du marquis de Sade.

Le crapaud a la vie très dure. Il survit plusieurs heures à la dé­capitation, plusieurs jours à l’avulsion du cœur, qua­rante jours à l’ablation des pou­mons, plu­sieurs semaines à l’amputa­tion du mu­seau en arrière des yeux.

Et ?

La réputation des cra­pauds auprès des femmes est étrange. Ils finissent tou­jours ac­cusés d’avoir été des princes charmants.

Ce n’était jamais pour Morin qu’une occasion – cette fois opportune – d’exhiber sa culture, mais passons outre, le seul avantage des douleurs amoureuses est qu’on s’y avance en terrain connu. C’est même un point commun qu’elles possèdent avec le foot­ball. Une sorte de terrain d’entente bien entretenu par l’ensemble de la popula­tion. Chacun est un coach de vie pour l’amoureux. L’amateur de ce sport d’équipe y va de sagaces commen­taires du haut des gradins, de sages conseils d’occupation de la surface de réparation et de son expérience très personnelle pour maintenir la pression sur l’adversaire.

Rien n’est plus fédérateur qu’un conte de fées pour adultes consentants.

 


[à suivre]


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article