Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

Fiction mystérieuse, Satire, Comédies, Personnage de fiction, Roman aventures, Nouvelle, Littérature, romans policiers, Prose, Récit, Fantastique, Comédie dramatique, Humour, Roman (littérature)
[Karine Diot]

 

Pommes d’amour

 

1

 

J’en venais à quelques conclusions qui, sans me satisfaire, loin de là, ap­portaient un peu de raison à l’irrationalité. En­core que je me flatte : la théorie ne donnera aucune explication du mystère de l’univers. Il y aura tou­jours un coin de tapis à sou­lever, où trainera de la poussière d’atomes inex­plicable.

J’exposai mes conclusions à Claire et Sara. Mes souris m’avaient attendu en sirotant des cocktails de Gin à la Fleur de Bière, l’air badine et à l’aise. En fait, elles étaient pas mal bour­rées. À ce moment nous ne consi­dérions plus que l’ali­mentation fût un danger pour nous. On s’était mis à se méfier de l’eau du robinet, d’autant qu’on craignait la minérale en bou­teille. Qui fe­rait confiance à de l’eau de source ? Cette alcoolémie chronique de­vait forcément nous af­fecter. J’avais trouvé Claire 007 prendre un bain de Dry Martini (dont elle était l’olive verte) dans la bai­gnoire en marbre du maître de maison, c’est dire.

J’apportais ma propre eau à notre mou­lin : nous étions le dan­ger.

– Rien de nouveau.

Claire baisa la main de Sara.

 

 

2

 

Je ne précisai pas que chacun d’entre nous était ce danger pour lui-même.  En mépris de soi. Je ne voulais pas les effrayer. Je pensais en secret que chacun développait concrètement ses pires cauchemars et en tirait des consé­quences inexorablement logiques. Et concrètes. D’atroces Visions où mes compa­gnons étaient incarcérés dans un cerveau accidenté jusqu’à être maté­rielle­ment leur propre bourreau, jusqu’à réaliser leur martyr avec une minutie de mono­maniaques hors-sol. Il restait à comprendre comment ces visions intera­gis­saient les unes sur les autres et j’avais peut-être un début de réponse, quoique hasardeuse.

Il se pouvait qu’Aloysius ait déjà compris, mais que cette hy­pothèse lui ait posé moins de problèmes qu’à moi. C’est ici que je veux en venir. À ce stade de mes cogita­tions aujourd’hui où nous sommes entre nous au fond d’une cel­lule éclairée jour et nuit sous la surveillance d’un mirador et des girations de la lune. 

 

 

3

 

À des suicides qui auraient eu du sens pour les victimes mais aussi pour quelqu’un. Une sorte de rébus. Un langage hiérogly­phique écrit dans la chair.

Aloysius n’avait-il pas dit très tôt que tout était faux.

Clément et son idée d’un temps qui ne passait pas.

Un temps mort.

Léo pour qui le monde était un leurre.

L’esprit sacrificiel de Zaza afin de donner un peu de sens à l’absence de sens.

Lazare pour rendre sa signification à une mort qui n’en avait plus beaucoup dans une société sursaturée d’irréalité.

Ces morts - ces somatisations - étaient des messages. Chacune nous prévenait. Elle est un signe. On devait l'interpréter comme les augures autrefois. Elle présageait quelque chose que nous n'avions pas su reconnaître. Que sait-on de ce dont on participe ?

 

 

4

 

Nous étions tous des sujets en corréla­tion, ai-je seulement ex­pliqué aux deux grands amours de ma pauvre vie. Notre petit groupe d’anciens enfants devenus des adultes truqués était une figure en suspension de l’en­tière hu­manité. Une mise en abyme. Une sorte de Signe zo­diacal.

– Soyons naïfs, peut-être celui de Vénus.

À cet instant, vous imaginez comme mon re­gard sur ces dames était lourd de sens. Je leur devais de conclure en beauté.

– L’amour n’a pas suffi pour maintenir le Signe en place. Rien n’au­rait suffi à nos âmes tavelée comme des pommes.

– Si c’est ta façon de nous proposer une partie à trois, je ne suis pas d’ac­cord.

– Cela demande réflexion.

Je ne me laissai pas décourager.

– L’humanité – cette constel­lation – est le porteur d’une haine de soi en expansion inco­hé­rente qui la défi­gurera ! Nous en sommes les Témoins, mes amours.

Et de fait, je peux témoigner, croix de bois croix de fer, si on me réclame à nouveau devant un juge d’instruction parce qu’un nouveau corps aura été découvert ailleurs que dans cette foutue ferme.

Ou dans le monde.

Elle n’ont rien dit et elles ont repris de leur gin. Claire a bâillé. J’aurais pu aussi bien parler au Mont blanc, il se serait penché.

 

[à suivre]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article