Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

Fiction mystérieuse, Satire, Comédies, Personnage de fiction, Roman aventures, Nouvelle, Littérature, romans policiers, Prose, Récit, Fantastique, Comédie dramatique, Humour, Roman (littérature)
[Slenderman]

 

La 25ème Heure

 

1

 

Aujourd’hui, je sais. Ce matin, au réveil, quand les moulins à aube des rêves ont tournoyé jusqu’à l’aube, j’ai compris.

La vie indésirée d’une chenille dans la pomme, c’était moi.

J’avais toujours voulu autre chose ou trop ou autrement. J’avais toujours voulu tout.

J’ai pourtant aimé à ma façon, j’ai assez aimé pour savoir que je n’aimais pas. C’est tout ce qui peut être espéré d’un homme.

 

 

2

 

Le monde a rattrapé son retard, en quelque sorte, le temps s’est accéléré, les évènements se sont bousculés les uns les autres, les couleurs, les bruits, le boucan, les cris, il y a eu tout à coup du monde partout – au grenier, dans le village, dans la ferme, à la gendarmerie. Et les Actualités parlaient en boucle de l’orage de la nuit qui avait fait tant de dégâts dans le pays.

Dans ce temps immobile, dans ce temps distendu, ce temps de bocal aux poissons rouges mes amis avaient eu tout le temps de vivre leur purgatoire et de faire l’examen de leur existence. Le retour du temps avait eu la violence de ce vent régional qui emporte les tuiles, les parapluies, les mémoires, la raison. Comme un passant bousculé à la poursuite de son chapeau j’avais couru après mes souvenirs dans tout ce manuscrit comme sur une place ventée. L’éditeur n’avait pas eu tort. Un homme sage, en définitive. J’avais récupéré la plupart de mes pages éparpillées et je les assemblais, les ordonnais, en sorte d’obtenir un petit tas compact, solide, carré, un petit peu d’une vie de misère dans un bocal au fond de l’univers. Une petite tombe.

 

 

3

 

Ils ont bien expliqué, bien et tout.

Ils prétendent que j’ai tout inventé pour justifier ce livre : un roman testé in vivo par un auteur dément. J’avais fait de la vie le brouillon de l’œuvre à venir.

Par une nuit d'orage extrême le cercle des gens présents à la ferme m'était apparu le classique inaugural chez Agatha Christie. Par les meurtres réels une vérification scrupuleuse de la vraisemblance de la fiction. Un souci d’authenticité, en somme. Du perfectionnisme. Le nombre des victimes ? Relancer l’intérêt du lecteur, c’est connu : un vam­pire en chaussons !

On m’a lu ! oh qu’est-ce qu’on m’a lu ! On m’a mal lu.

L’orage avait commis un bug dans les réseaux de communica­tion, mais les actualités en boucle ? Une temporalité close sur elle-même ? Un vieux cliché, qui ne figurait au pire que mon état mental.

La transformation de Claire ? Une chanteuse de Variétés détective ? Divagations de groupie ! Les imbéciles ! Les décérébrés ! On ne sait jamais tout à fait qui on aime.

Il y avait bien eu une petite fille du nom de Claire Lempereur vivant chez sa tante dans ma jeunesse, dont on ne savait rien d’autre et que j’avais pu rencontrer, en effet, au cours de ma fugue hors de la colonie. Mais par la suite l’homonymie avec une chanteuse célèbre avait dû créer une formation fantasma­tique, toute une concrétion de facteurs obsessionnels, une multitude de corrélations qui avaient occasionné un com­portement délirant que seul pouvait justifier ce manuscrit – le manuscrit de mes souvenirs que je n’achevais jamais, inlassablement re­commencé, sans cesse repris à la recherche d’un assassin plausible, c’est-à-dire d’une cohérence. Introuvable puisque l’auteur était l’assassin. Mauvais écrivain pour le mauvais lecteur de sa propre vie.  

J’étais impressionné. Ces gens commentaient mon roman avec une richesse d’imagination qui me comblait. Je n’espérais pas inspirer autant d’interprétations et de gloses pour un si modeste travail. J’allais finir dans les manuels scolaires !

Il n'y avait dans leur brillante lecture qu'une absence. Ils n'expliquaient pas - ils oublient d'expliquer - la disparition de la chanteuse Claire Lempereur.

Car elle n’était pas morte à l’époque de son déclin dans le showbiz, comme ils le prétendaient, elle n’était pas sous terre, comme ils l'assuraient. Elle avait simplement disparu sans laisser de traces. Selon eux. Selon eux ! hurlais-je dans ma cellule dès mon réveil jusqu’au soir.

 

[à suivre]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article