Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

#fiction mystérieuse #Satire #Comédie #Personnage de fiction #roman d’aventures, #nouvelles, #Théâtre  #Littérature #Romans #romans policiers #Prose, #récit, #fantastique, #comédie dramatique, #humour #contes  #sotie
Tout ce que je sais d'Emma

 

Tout ce que je sais d’Emma vient de paraître – à réclamer librairie Tessier (Nîmes), sur Facebook ou dans ce blog, sur rendez-vous ou par envoi postal.

 

Présentation

Les amants s’écrivaient sans se connaître. Leur correspondance était un brouillon d’amour, le mettre au propre redonnera sa fraîcheur au monde. Un shampoing, une bonne coupe et la nuque claire.

Le dit d'amour est jouissif. Ils sont bienheureux, tout à eux dans ce Siècle sinistre, drôles et con­tents l’un de l’autre, ces deux belles existences tournant, absorbées, soli­taires, chuchotant, émerveillées dans le tour­noiement des planètes et la giration inverse de la mort.

Ce n’est pas d’un intérêt fou, ce qu’ils se di­sent, mais j’ai du plaisir à raconter l’histoire de mes deux funam­bules et tellement de plaisir que j’ai l’espoir que vous ayez du plaisir à la lire. Si peu de chose. Et pourtant il m’est difficile de me te­nir dans les mots de l'amoureuse. D’être au plus près du par­fum entêtant de ses mots. Noyé dans son inat­teignable odeur char­nelle. Essence subtile d’arsenic et de narcotique. C’est m’écor­cher les nerfs vivre au bord de cet esprit spirit­uel et tendre.

J’ai du plaisir et si, parfois, je me confonds avec eux c’est l’enthousiasme qui me mène à ce manque de bon sens. J’aurai à payer chèrement ce plaisir. Le diable est toujours de la partie.

Nous avons passé bien des échanges qui n’appartiennent qu’à eux. L’action y est infinitési­male. Un lecteur ordinaire ne s’y re­trouverait pas. Mais que viendrait faire ici un lecteur ordinaire ? Il est temps de lais­ser les amants seuls. Ils par­lent pour cha­cun d’entre nous. Ils parlent en nous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article