Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

[Tim-Walker]

 

 

Assis à la terrasse du Café Carré devant le parvis de la Maison Carrée, respectable monument, je concocte une de mes Mille et Un Vies en regardant distraitement passer quelques exem­plaires de l’es­pèce adverse.

Il y a des visages d’adolescentes où se lit un destin. Leur vie sera ce store que traverse un rayon hanté de poussière. Certains enfants eux-mêmes ont ce privilège douteux : leur avenir est dans leurs yeux. Piètre. Très piètre. Pauvres petites têtes en boule de cristal. L’existence sera triste, obtuse, sans panache jusqu’à ce que vienne l’Heure des insectes. Une main grise s’est posée sur le voile de leur berceau. La sorcière Médiocre a rica­né.

C’est un défaut du grand âge voir cruellement ce qui se fer­mera chez une jeune fille, à peu près plus rien de per­sonnel et de rê­veur ne persistant, la singularité de cette harmonie s’indif­féren­ciant dans les sables d’un lit à l’autre.

Se protéger des douleurs de l'exil alors qu’on se clôt pour mourir est ne plus avoir la vi­sion de l’ouverture en elle, les présages qui se vérifie­raient, la gloire se­crète, le long et beau chemin buisson­nier, peut-être.

Notre péché contre l’espérance – à nous vieux incré­dules.

 

[à suivre]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article