Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

[Jean Louis Corby]

 

 

 « Salut, Marceau ! Remarquez comme Marceau, habituel­le­ment si invasif, a la dis­crétion de ne pas s’imposer au Café Carré. Vous n’avez rien vu ? Il est vrai qu’il dis­paraît peu à peu du monde, morceau par morceau.

Marceau me rappelle combien la mainmise de la mé­decine sur les peuples européens est totale. Au­cun moyen de la fuir. Je voyais cette affiche dans un hôpital : Ce n’est pas parce que vous êtes en bonne santé que vous n’êtes pas malade. Quelqu’un a pris le docteur Knock au sérieux. Dans le même esprit il existe des ré­gimes sans régime où mincir sans se pri­ver. At­tendons patiem­ment de pouvoir mou­rir sans mourir, nous qui vivons sans vivre. Or, de la mort il va être question, pardonnez mon incorrection.

Marceau est donc venu, il y a peu, se souvenir avec moi, ren­dez-vous compte. À notre âge ! et depuis la capitale ! Après tant d’années d’ab­sence le voilà débouler dans notre ville na­tale pas plus tard que le mois dernier ! Depuis, chaque jour que Dieu défait, nous comp­tons nos morts. Innom­brables. Chaque nom réveillé, une épi­taphe. Chaque ami, bouche cousue. Chaque femme fêtée, des pau­pières closes par un flocon glacé. Il s’étonne d’ail­leurs que je sois encore en vie, me pince le bras pour vérifier et admet en­fin mon exis­tence ... Tu n’es pas malade, vraiment ?

Que de pertes hu­maines dans une vie ! Collaté­raux dom­mages! Lui-même « part en brioches », me dit-il : l’expression ne serait pas sans douceur s’il ne s’agissait de Marceau. Cas­sures ! frac­tures ! lé­sions ! maux de ventre ! maux de cœur ! bo­bos en mul­titude ! sept can­cers ! sept can­cers ? Le petit tail­leur vous répète sept can­cers avec jovialité ! Et déjà le huitième ! Un tordu, celui-là ! Du vo­race ! Du goulu ! Sur le bout du nez ! La Nature est gé­néreuse avec Marceau ! Elle donne le choix ! un grand choix ! Sa tête branlot­teuse en a des sac­cades de rire ! Il fait son Céline ! Il vous montre de nobles bles­sures de guerre en temps de paix, sou­lève sa che­mise, son col, son re­vers de pan­ta­lon, défait sa bra­guette, ca­resse les ad­mirables cica­trices chi­rur­gicales, en ex­plique les sub­tilités, l’esthétique ! les détaille sous toutes leurs coutures ! Vous voilà pris en otage de sa mort ! Sur­pris que vous ne soyez pas en ex­tase devant ces stig­mates, se ren­fro­gnant, il attri­bue votre su­per­ficia­lité à une ab­sence d’em­pathie bien con­nue chez vous ! »

 

[à suivre] 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article