Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

Pour Ada Teller

 

 

 

6

 

Avec l’âge un déboire m’arriva je n’avais plus mon habi­tuelle ingéniosi­té pour faire tourner la conversation ainsi qu’une boule miroitante de night-club je dis alors n’importe quoi n’im­porte comment une pensée accoudée au comptoir du premier bar venu misant sur la lévitation prophétique Kronem­bourg af­flator animae il est vrai qu’il n’y avait plus de femme en ma compagnie pour mériterqu’on joue au bilbo­quet des réparties Avec l’âge je devenais in­visible je ne suis plus une pro­messe de la chair fraîche du muscle un plan de vie l’espérance de se perpé­tuer

je perds alors l’art de ce monologue scin­tillant et de peu de poids qui plaît tant et inquiète un peu

l’esprit m’a abandonné il semble que je sois pour peu de chose dans sa présence il me reste la lettre qui m’endort le men­ton posé sur le comp­toir

 

 

… Jai tout de même tendance à bien aimer les êtres humains – quelques mi­nutes. Le temps de ne pas en apprendre plus. Cela m’est na­turel, cette confiance. Une bonne humeur native y est pour beaucoup. Que cela ne dure pas est une précaution à l’épreuve de l’expérience. Si la confiance s’attarde, il n’y a plus de limite au bonheur de connaître un autre que soi – qui m’en apprendra un peu plus sur moi, forcément. L’égomanie a la fidé­lité du boomerang ...

 

[à suivre]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article