Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

[Alvaro Parés]

 

 

 On s’entreregarda avec grand embarras. Chausson peinait à me distinguer de si loin, il chaussa ses propres lunettes d’astro­physicien, il allait discourir, s’épandre, gâcher mes effets. Je levai la main. Après tout, j’étais chez moi et l’homme était bien élevé, un de ses rares mérites.

Moi – Faisons simple. J’ai horreur de l’esprit de sérieux. Je ne vais pas prétendre savoir ce que j’écris, pourquoi j’écris, à peine comment j’écris. Je n’ai aucune théorie littéraire d’où jucher mon derrière et juger de tout et de rien. Je fais ce que je peux du mieux que je peux, jus­qu’à ce qu’enfin ­vienne la force de faire vi­brer ce qui est joueur, allègre, exact, as­tu­cieux : les mots comme des coups de dés du ha­sard chanceux – la ma­rée montante de la transe avec ses allu­vions, certes : pe­tites incor­rec­tions, pe­tites bêtises, pe­tites es­cro­que­ries, peu importe, la Vie même et ses scories ! L’orbe des pla­nètes ! L’œil de Cyclope de mon télescope ouvert pour ob­server ce qui se passe sous le toit du cosmos ! le flux des en­thousiasmes et des trou­vailles effa­rantes !

C’est un fait. J’avais repris le gouvernail. Je menais à mon tour l’entretien dans la sérénité et la vo­lonté inéluctable du bateau à roues sur le Mississippi, avec placi­dité, mesure et tranquille obs­tina­tion.

Lui – Est-ce bien nécessaire ?

 

 

« En effet, cher monsieur, j’ai eu quelques ennuis de la part de l’adjoint au maire, si peu, de vagues tracas administratifs, lais­sons ça. Il est vrai que vous arrivez du Nord de la Loire pour aménager parmi ceux de nos monuments qui ne sont pas encore écroulés, dans une cité aussi ancienne et corrompue que la Rome antique, une cité en ruines où le souci de ses intérêts est pro­fond, presque bestial, où court sur ses mille pattes la chien­ne­rie des rapports de forces sexuels, une cité sans hon­neur et sans délica­tesse, accrou­pie comme une truie sur sa por­tée de mé­diocres nourris aux sept ma­melles de ses collines.

Quoi ? Vous partez ? Nous ne sommes pas si pressés ! Vous avez l’air gêné ? Ai-je été indiscret ?... Oh, je le déplore mais n’en suis pas surpris. Il m’est souvent demandé des préci­sions sur la vie locale et je me suis exé­cuté, tou­jours sou­cieux d’instruire l’exogène, mais non sans tristesse. Vous ne me de­mandiez rien ? Et vous avez trouvé un poste au secrétariat du ca­binet d’avocats de Maurel ? Je prends sur moi toute la responsa­bilité de ce manque de retenue … »

 

 

[à suivre] 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article