Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Castanier

[Michel Rouquette]

 

(Il est fatal d’en venir à distinguer entre épuisement et fatigue. C’est le seul choix possible. La fatigue est une chance. Elle n’est pourtant plus celle paisible et sensuelle qui concluait  les activités heureuses d’autrefois. Puisqu’il n’y a plus d’activité possible. Se lever de son lit n’est qu’éprouvant. Aller à ses courses et rentrer aussitôt est un parcours de très vieux com­battant. La chute menace. L‘étourdissement, et le risque de se re­trouver n’importe où, éperdu. De toute façon chaque pas est en­nuyeux puisque sans beaucoup de perspective, et il y a peu de bancs dans les villes modernes. On craint les clochards, on oublie les gens âgés, d’ail­leurs il y a des maisons pour leur obstination. 

Bien que la fatigue soit une chance, il y a mieux. Il y aura l’épui­sement. La fatigue n’a d’autre projet. Je ne connais encore qu’as­sez peu cet état, je suis curieux, impatient. Se débattre confusé­ment dans le mauvais rêve du grand âge est une aventure ins­tructive, intense et passionnante.)

 

« Vous n’avez pas tort, il se pourrait que je parle un peu de moi en discourant au sujet des autres. Ou, sinon, de l’homme que je fus, ou crus être. On ne s’échappe pas de soi facile­ment. Nous avons l’ac­tivité in­lassable et stu­pide du boo­me­rang. Bref, nous ne voyageons ja­mais loin…

J’ai été aux portes du monde et n’ai pas su choisir entre ces portes la bonne porte. La vie ne satisfait pas ? Il faudrait la récrire à mesure ? Ce serait injuste ! C’est nous qui sommes des brouil­lons de ce que nous devrions être. À présent, mourir d’ennui sera long mais assez peu dou­loureux. La Création doit avoir une rai­son d’être, pour rien au monde ne re­tou­cher l’auguste des­sein, le projet salvifique : être enfin un peu de pous­sière sous le tapis. Pour ma part, je ne quit­terai plus notre vieille cité que pour la Conso­la­tion... »

 

 

[à suivre]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article