Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UNE SAISON INQUIETE Justine – fé brile, effarée – tomba sur son derrière dans un tapis d’aiguilles de pins à la lisière d’une pelouse. Ayant échap pé à l’attaque du din don ra geur et postillon nant, ce n’est qu’en relevant un peu plus les yeux qu’elle...

NOMBREUX APPLAUDISSEMENTS AUX TERRASSES À peine Sylvain Fauconnet avait-il porté le manuscrit révisé à la réception de la maison d’édition (la pas serelle d’em barquement du Paquebot aux milles hublots éclai rés dans la nuit), la surprise d’une lettre...

UNE SAISON INQUIETE C’est une dimension légendaire que prit le formi dable por tail bleu, enfin découvert dans l’enceinte de la propriét é, assez élevé pour rappeler les portes que Justine pous sait autrefois de tout son corps d’enfant, sa joue contre...

[Michel Rouquette] NOMBREUX APPLAUDISSEMENTS AUX TERRASSES Sylvain Fauconnet arriva en pleine gloire dans la Bodega du 9ème arrondissement de Paris en compagnie de la plus in contestable des preuves de son suc cès : son futur éditeur et le plus beau des...

LE ROI ET NOUS Alain s’était exprimé sur le cas de notre vieil ami par des propos pas très agréables que lui per mettait sans doute sa nou velle autorité. – Paul se croit célèbre et n’a d’importance pour personne d’autre que nous. Alain se caressa le...

{David Hockney] L’heureuse station balnéaire WC Rose, fleur de béton poussée dans les sables, déroulant avec la fin de la saison des bains ses volets de fer rouillés par l’air salé, s’est refermée sur quelques habitants pendant l’hiver, fantomatique et...

[Thami Benkirane] Un grondement sourd parcourt l’air. L’écho du piétinement des taureaux des manades fantômes soulève au loin des nuages de sable et de sel parmi les oliviers. Le gazon obscur, qui brille de gouttes à l'entrée du vieux cimetière, descend...

Gisèle et Adrien vont au hasard parmi les jardins et les grilles qui se succèdent autour d’eux. Des allées de réverbères et de peupliers se recoupent d’allées semblables ; une multitude de jardins et de clôtures se perdent dans les ténèbres de la station...

I ls avancent dans l’odeur de pain d’épices du laurier-rose écroulé sur les murets et ils se perdent peu à peu dans le labyrinthe des étourdissants jardins de la station balnéaire et leurs entrelacs de pinèdes, de chemins boisés entre les villas ou d’allées...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>